Close

7 février 2018

Episode 26 – Qu’est-ce que tu veux ?

             J’appelle “empâtre” un texte que j’écris en m’imaginant à la place de quelqu’un d’autre dont j’ai l’impression de ressentir les émotions, les énergies et je ne sais quoi d’autre. Je me sens bizarre.

             “J’ai oublié comment c’était. Tu es dans le siège à côté de moi, tu tiens mon bras, tu t’enroules autour de lui comme un chat. J’ai conscience de ta présence, je sais que tu me regardes, que tu me donnes de l’affection. D’ailleurs on dirait parfois de l’amour. Même si je sais que tu n’es pas amoureuse, il n’y a pas d’autre mot. Tu débordes d’amour. Tu en as tellement en toi. Et moi j’ai oublié ce que c’était.

             Les gens patients sont rares. Toi tu m’écoutes râler après untel et unetelle, et tu me souris en me demandant calmement si ce sont des gens importants pour moi et comment j’ai prévu de réagir. Tu m’embarques. Tu sembles heureuse dans ta vie professionnelle, tu reviens toujours avec une bonne nouvelle plus extravagante que celle d’hier. Je ne sais pas. Tu sembles parfois vivre sur une autre planète. Moi je me suis juste remis au sport et j’essaye de fumer de moins en moins. Pourtant tu es juste là, à me demander quand l’on se reverra. Ce n’est pas toujours très cohérent tu sais. Et j’ai oublié… J’ai oublié comment c’était de se réveiller à côté de quelqu’un. Je me sens loin. Je suis dans un endroit dans lequel je ne crains rien. Tu n’y as pas accès, tu n’es personne pour l’instant. On est au cinéma et je ne te regarde pas, je regarde le film. J’ai pris l’habitude d’être seul. C’est moins douloureux que les questions que l’on peut se poser. On dit que les filles pleures. On parle moins des garçons au coeur brisé. J’essaye juste d’apprécier ce que aujourd’hui m’offre. Je ne sais pas. Je suis loin.” Empâtre.

             Qu’est-ce que tu veux ? QU’EST-CE que tu veux ? QU’EST-CE que tu VEUX ? Je veux faire l’amour ce soir. Et n’importe quand d’ailleurs. Mais je veux surtout des câlins et des bisous amoureux même lorsque tu ne l’es pas. On va voir la mer ? Il est deux heures du matin mais tu me pousses déjà hors du lit. La spontanéité du premier jour. Je veux marcher, je veux courir. Je veux rire et parler toute la nuit. Je veux me moquer de toi le matin, et t’entendre rigoler quand je n’ai aucune énergie pour gérer mon propre corps. Je veux improviser. Je veux sortir du code. Quel code ? Je veux qu’on s’habille en wesh et le lendemain en homme et femme d’affaires. On sera fiers l’un de l’autre en tout temps. Je veux que tu me parles de Singapour sans savoir que j’ai reçu ce matin un message de leur île pour un projet de danse. Je veux te dire qu’on m’a proposé de donner un stage à Londres et entendre que tu seras dans ma valise. Je n’ai pas le choix. Je veux te surprendre remettre discrètement tes lunettes pour me regarder me dévêtir. Je veux danser et me connecter dans la seconde à l’univers. Tu seras capable de voir ce lien, comme s’il était vivant sous tes yeux. Tu seras capable de m’en montrer d’autres et de m’enseigner de jolies leçons. Et le temps n’aura aucune prise sur toi non plus.

J’ai mal au coeur, tu viens on va dormir ?

Dimanche 4 Février 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.