Close

13 février 2018

Episode 28 – Day one

             Un jour, j’oserai m’asseoir au café à la table de ces deux jeunes hommes que je ne connais ni d’Adam ni d’Eve. Bonjour, je peux vous accompagner ? Vous passez une bonne journée ? Moi je me suis levée un peu tôt, j’ai déjà fait mes courses et ma prise de sang, j’hésite entre la séance de sport et finir mes costumes. Je me suis dit qu’un thé avec vous me permettrait d’y réfléchir avec douceur. Eléanore Roosevelt m’accompagne toujours. « Do one thing each day that scares you ». Une chose par jour qui te fait peur.

              Je mange peu et bien. Je fais ce qu’il faut de sport. Je me repose assez. Je me transforme.

             Certaines phrases m’ont marquée. Elles me donnent le courage dont je manque parfois, la conviction et l’enthousiasme de faire des choses qui reflètent totalement qui je suis. Comme quitter une salle d’attente au bout de cinq minutes parce que les personnes qui y parlent ne m’inspirent rien. Comme choisir un nouveau médecin traitant que je connais depuis une minute, parce que je sens mon intuition sereine. Comme un aller-retour à l’autre bout de la France au milieu de ma semaine de boulot. Comme sourire aux passants et aux joggeurs… Quelle chance de partir courir sans quitter la mer des yeux, quelle chance de choisir son parcours en fonction des trottoirs les plus ensoleillés ! Bienvenue. Toulon, je te trouve tellement belle ! Mais explique-moi… Les gens marchent seuls sans réaliser qu’ils croisent d’autres êtres humains. Combien sans ni bonjour, ni sourire, ni même un regard ! Bon sang, je suis en train de souffrir comme toi… un peu d’encouragement et de compassion. Moi aussi j’ai été obligée de me motiver pour aller courir plutôt qu’accompagner les collègues au restaurant… Et si on se reconnaissait les uns les autres ? Viens, on se soutient. Moi je te reconnais comme l’un des miens, je considère que tu fais partie de mon équipe et je me sens appartenir à ton groupe. Heureusement, malgré ton indifférence, je me ressource à chaque sourire que je t’offre alors que je suis en train d’en baver. C’est à ce moment précis que je sens ma force grandir et se transformer en détermination.

              « Day one » Deux mots pour me souvenir que j’ai le choix, à chaque seconde, d’être la meilleure version de moi-même. « One day or day one ? » Est-ce que tu le feras un jour ? Ou aujourd’hui est-il ton « Jour Un ». Je choisis. Je choisis avec confiance, douceur et bienveillance envers moi-même. D’ailleurs, dimanche j’ai aussi expliqué à l’Univers les petites choses que je pensais mériter étant donné tout l’amour que j’essaye d’envoyer quotidiennement. Merci Univers chéri pour l’amour que tu m’as instantanément envoyé. Souvenir. Réflexion. Un homme que j’estime beaucoup, m’a un jour souligné d’un ton amer que ce que j’appelais « Univers » était en fait mon nombril… Il n’avait pas tort. Je parle à « mon » Univers et je me branche ainsi sur certaines longueurs d’onde. Celles-ci décideront ce que j’attire à moi. Bref, j’ai fait mes étirements sur le quai de la gare. En plein soleil. On m’a sûrement regardée bizarrement. Mais au moins, les gens ont vu mon vrai moi. Rires. Et puis un chat peut s’étirer n’importe où.

Mardi 13 Février 2018

  • 18
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.